Waresito

FR/EN
Actualités

Conversation visionnaire sur le Futur de la logistique

Publié le 4 avril 2024
Temps de lecture : 8 min.

Rencontre avec deux esprits visionnaires qui contribuent à façonner l’avenir de la logistique en France. Romain Dupuis, fondateur de Carton Vert, et Laure Courty, fondatrice de Waresito, partagent leur vision de l’évolution du secteur et de l’importance croissante de la préservation de l’environnement et de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) dans la construction de supply chains plus efficientes et résilientes.

Pourriez-vous nous partager votre sentiment quant à l’évolution récente du secteur logistique et de comment vous avez vu les entreprises s’adapter à ces changements ?

Romain Dupuis (RD) : Ces dernières années, nous avons observé un changement radical dans le secteur logistique, marqué par une demande croissante en faveur de solutions plus durables. Les entreprises cherchent à transformer leurs pratiques pour avoir un impact plus positif sur l’environnement. Cette dynamique est renforcée par les réglementations qui poussent les entreprises de toute taille à avoir un bilan extra-financier pour intégrer une dimension sociale et environnementale à leur stratégie, c ‘est ce que nous leur proposons en adoptant la solution Carton Vert.

Laure Courty (LC) : Absolument, et c’est un point essentiel dans l’évolution que nous observons aussi chez Waresito. Notre volonté principale au démarrage de l’aventure était de concevoir un modèle qui utilise des ressources déjà existantes. Nous capitalisons sur l’espace vacant – et donc déjà construit – des entrepôts sur le territoire pour proposer une offre logistique innovante à nos clients. Notre objectif est de préserver les sols de l’artificialisation en mutualisant et en réinventant l’utilisation des infrastructures existantes.

Romain, comment avez-vous intégré ces changements dans vos services, et quel rôle jouent les ressources existantes dans votre approche de la logistique durable ?

RD : Chez Carton Vert, nous avons été des précurseurs dans le développement de solutions logistiques respectueuses de l’environnement et s’appuyant sur une économie circulaire. Notre volonté est de réutiliser les ressources existantes, en l’occurrence les cartons, pour les réinjecter dans la supply chain et leur donner une seconde vie. Nous pensons que la clé réside dans la réutilisation intelligente des matériaux existants. En quelques chiffres, 1 tonne de cartons réutilisés, c’est 1 tonnes de CO2 non émise. Soit l’équivalent d’un trajet en voiture de 6000 km ou la consommation électrique d’un foyer sur quasiment 1 an. Le bénéfice de la solution, c’est que l’économie de CO2 non émis s’inscrit au bilan extra-financier de nos clients.

Laure, comment avez-vous relevé le défi de proposer un modèle logistique qui capitalise sur l’espace vacant tout en maintenant une efficacité opérationnelle ?

LC : Le défi majeur pour moi était de trouver l’équilibre parfait entre l’utilisation optimale de l’espace vacant, l’amélioration de l’efficacité opérationnelle et une meilleure maîtrise des coûts pour nos clients. En investissant dans des technologies innovantes et en injectant de la flexibilité dans l’offre, nous avons réussi à concevoir un nouveau modèle. Nous sommes aujourd’hui en mesure d’apporter des solutions logistiques et transport à nos clients, pensées sur mesure au regard de leurs enjeux et de leur secteur. Et le cœur de ce nouveau modèle reste la mutualisation des espaces. Le bénéfice final pour le client est la meilleure maîtrise des coûts liés à sa logistique : avec Waresito, ces coûts sont corrélés à l’évolution – qu’elle soit haussière ou baissière – de son activité ou de ses commandes. Cette question de maîtrise des coûts reste très importante pour l’écosystème, que ce soit clients ou 3PLs, qui sont aussi à la recherche de solutions économiques. L’initiative de Carton Vert est donc extrêmement intéressante pour nous et pour le secteur tout entier, car elle permet la réduction des coûts du carton de 50% comparé à l’emballage neuf.

Romain, comment voyez-vous l’avenir de la logistique en termes de durabilité et de réutilisation des ressources ?

RD : L’avenir de la logistique sera incontestablement axé sur la durabilité. Les entreprises devront intensifier leurs efforts pour réutiliser les ressources existantes, que ce soit dans les matériaux d’emballage comme chez Carton Vert, ou dans la réinvention des espaces logistiques comme chez Waresito. Il s’agit de repenser la chaîne d’approvisionnement dans son ensemble, afin de créer une supply chain efficiente, résiliente et respectueuse de l’environnement.

Dans quelle mesure vos activités contribuent-elles actuellement à la réduction de la pollution dans le secteur logistique ?

RD : La réutilisation du carton a forcément une influence immédiate sur la réduction de la pollution. C’est l’essence même de Carton Vert que d’écologiser le secteur logistique, et c’est ce qui nous a poussé à nous lancer dans cette aventure. En effet, même si le carton est aujourd’hui l’un des matériaux les plus recyclés, ses coûts de recyclage sont importants et nécessite une grande quantité d’eau et émet une importante quantité de Co2. A ce titre par tonne de carton réutilisée., c’est 1 tonne d’équivalent Co2 et 1 640 litres d’eau économisée.

LC : En ce qui concerne Waresito, la sobriété écologique s’établit à plusieurs niveaux. Dans un premier temps, notre utilisation des espaces vacants évite la construction systématique de nouveaux entrepôts et donc l’artificialisation de davantage de sols naturels. Il faut savoir que pour chaque m2 de sol artificialisé, c’est 1000 kg équivalent carbone qui sont rejetés, sans parler de la disparition des capacités d’absorption de Co2 de ces sols, qui sont difficilement quantifiables. Pour 2023, on chiffre à 40 millions de Kg équivalents carbone non rejetés grâce à la mutualisation des espaces de stockage par Waresito. Notre innovation de service permet en parallèle une réduction drastique des kilomètres parcourus par les transporteurs, grâce à une meilleure allocation de ces sites logistiques sur le territoire. A ce titre, nos clients ont diminué de 30% en moyenne les émissions de carbone liées au transport simplement en repensant l’implantation de leur réseau grâce à nos solutions. En synthèse, nous optimisons à la fois les sites et les flux pour nos clients.

Laure, Romain, pour conclure, comment voyez-vous le rôle des collaborations entre entreprises dans la réalisation de ces objectifs durables ?

LC : Les collaborations sont essentielles. En unissant nos forces, nous pouvons créer des synergies qui dépassent nos capacités individuelles. Ensemble, nous pouvons construire des supply chains plus efficaces et respectueuses de l’environnement. Je suis convaincue que l’évolution du secteur logistique passe par la création de partenariats et d’écosystèmes pouvant impacter le secteur à tous les niveaux, que ce soit l’emploi des matières premières comme le carton, qui est l’unité de base dans le secteur logistique, ou bien dans l’organisation globale des chaînes. Finalement, on retrouve dans ce partenariat une vision commune qui est la réutilisation de la ressource existante – que ce soit l’espace ou le carton – plutôt que sa production.

RD : Je suis totalement alignée avec la vision de Laure. Les collaborations nous permettent de partager des idées novatrices et de mettre en œuvre des solutions qui transcendent les frontières de nos entreprises respectives. C’est un moyen puissant d’accélérer le changement vers une logistique plus durable. Pour réformer des pratiques ayant toujours existé, il est nécessaire d’inclure un maximum d’acteurs engagés. Grâce à des partenariats comme celui-ci, nous avons pour objectif d’accroître la prise de conscience collective de la pression climatique croissante et de montrer que des acteurs innovants au quotidien savent conjuguer les intérêts financiers des clients avec ceux de la société et de la planète.